CONFINEMENT / VIDE

Dans le grand silence, l’air, le vent, le vide, le temps s’étendent, indéfiniment.
Durant ces 56 jours d’isolement,
j’ai entendu le dialogue des arbres, ai fusionné avec la minéralisée des pierres.

Le vide est là, partout,
il permet aux  éléments d’exister les uns par rapport aux autres.
Sans lui, entre les mots, les sons, les formes,
la matérialité pourrait elle s’incarner?
La création, quelqu’en soit ses formes, sonores, picturale, scientifiques…
pourrai t’elle exister?

Au sortir de l’océan glacé, nu, fondu dans les rochers, tout vêtements envolés,
m’est apparue un autre regard,
ai touché du doigt l’ineffable.

LE FIGARO – Article sur ma démarche artistique